Crapohuteuse

J'habite Argenteuil depuis bientôt 25 ans, et j'enseigne dans un collège ZEP depuis plus de 30 ans.Argenteuil : la petite maison blanche, en celte. Passé mon enfance à Casablanca:petits et grands hasards...Après avoir accompagné sur leur chemin deux grands garçons... je reprends la route.

Nom :
Lieu : Argenteuil, Val d'Oise 95 100, France

Professeur d'anglais au collège Claude Monet Argenteuil ZEP Une espèce en voie de disparition

lundi, novembre 06, 2006

Faune et flore Tourangelle

Ginkobiloba avant qu'il devienne l'arbre aux écus d'or.
Voilà la poulette aux oeufs chuttt !!
L'érable, lui, essayait de nous dire : "Vl'a l'automne !" ... Il avait vu l'hiver au coin du bois.

















Petit potiron pas rond, tu me fais tourner la tête ... Posted by Picasa

Coucher de soleil sur le Pont Napoléon, à Tours

Un jour, il vous suffit de courir un peu pour attraper le soleil. C'est pour compenser toutes les fois où vous avez cru pouvoir pêcher la lune dans les reflets du lac. Posted by Picasa

mercredi, juillet 26, 2006

Promenade post-dinatoire

Entre deux randos, petite escapade tout près de chez nous, par un soir où la chaleur a dû troubler mon objectif...
Avec C & G, petite promenade digestive autour des étangs de Cergy. On aurait pu croire que les lieux allaient être envahis par les populations de toutes les communes avoisinantes à la recherche d'un peu de calme et de fraîcheur...
Pas du tout !
Le calme complet...Sauf pour les lapins du coin qui semblent proliférer à vitesse V et qui se
tiennent bien droits jusqu'à ce qu'ils nous estiment un peu trop près ... alors ils détalent, nous offrant des visions d'éclairs blancs dans la pénombre.



Plus loin, c'est un troupeau d'oies qui nous regardent venir, et qui s'éloignent lorsqu'elles nous estiment trop près.
Elles ne m'ont pas fait cadeau de leurs belles plumes... par contre elles déposent leur engrais naturel un peu partout... dans quelques années, l'herbe devrait être bien grasse.
C&G m'ont raconté qu'il 'y a pas si longtemps, ces oies étaient encore sauvages, mais depuis quelques temps, les voyageuses se sont sédentarisées.

Nous avons bouclé notre parcours avec les cygnes occupés à farfouiller la vase pour y trouver leur repas du soir. Mais ils gardent leur dignité jusque dans les moindres mouvements, jusqu'à la bascule finale où ils dressent vers le ciel la tache claire en pic de leur arrière train majestueux.




Quant aux grenouilles, si on les entendait, on ne les voyait guère, mais quel concert ! Posted by Picasa

Paris Plage

Hier soir mardi, j'étais sur le quai devant Jussieu pour un stage de Lindy-hop( un style de rock plutôt swing) Puis, pour finir en beauté, avec B, nous avons marché jusqu'à la rive droite et atterri sur Paris-Plage.
Un petit verre de rosé devant la Seine qui laissait glisser sa masse sombre et au loin l'enfilade des ponts illuminés... magique !
J'aurais aimé ne faire que profiter de la balade parmi des gens heureux de pouvoir enfin se détendre...
Mais je n'ai pu m'empêcher de remarquer la cruelle absence de toilettes : il y a du sable, les gens vont s'y poser, il y marchent après avoir traversé des ruisseaux malodorants... des enfants jouent dans le sable, des mains s'y glissent avec délices ....
Ma mère me disait - trop souvent - "L'enfer est pavé de bonnes intentions" ...
Mais là, je reprends son dicton ! Je ne peut m'empêcher de m'étonner de l'inconscience des organisateurs, à l'époque où dans les écoles et les collèges, les "commissions d'hygiène" viennent souvent nous empêcher de tourner en rond pour le plaisir de respecter les principes et les fameuses "normes Européennes" (Dans les maternelles, les mamans n'ont plus le droit de préparer des gâteaux d'anniversaire "home-made"). Ici, ils ont eu la charmante idée d'offrir des poubelles aux visiteurs vacanciers...L'intention est louable ...
Mais ... mais ...mais ...Ils ont pensé dissimuler les poubelles aux regards, et ont placé de très jolis paravents décorés... qui permettent aux bipèdes dénués de scrupules d'aller vider leur vessie sans aucune considération pour leurs congénères.
Sous chaque pont, donc, coulent non seulement la Seine et nos amours, mais aussi des ruisseaux d'urine...dont les effluves viennent agrémenter le ravissement des promeneurs.
Quelle commission d'hygiène irait faire des prélèvements quotidiens du sable de Paris-plage..???
Pourtant, en surface, les équipes de nettoyeurs sont sur le qui-vive : dès le départ des derniers occupants, à minuit, elles vont s'activer à redonner un look aux lieux de festivités estivales...
Alors, pourquoi pas de WC mobiles en nombre suffisant pour éviter ces ... débordements ?

mercredi, juillet 12, 2006

Far from Heaven Loin du paradis


Une contribution de Bettina, après une seconde soirée estivale dans la salle de projection de la MJC...

Aventures cinéphiliques racontées à C., retenue chez le dentiste.

Lundi soir, grand moment de haute technologie…. J’en ris encore. Nous vous offrons des soirées inoubliables.

Documentaire de Varda, sur les cariatides. Quelques superbes images de cariatides humaines marchant au ralenti, film muet… sans doute un effet de style, cependant assez peu courant chez Varda … documentaire de 12 mn, mais 15 minutes plus tard l’appareil marquait 7mn11. Il y avait des chiffres inscrits en haut de l’écran suivis d’une flèche et nous n’arrivions pas à les effacer et à les expliquer. J’ai eu soudain « la lumière » et pliée en deux, ai donc informé Philippe qu’il nous passait le film … au ralenti… Il y avait normalement (nous l’avons appris au générique) de la musique d’Offenbach, un poème de Baudelaire et les marcheurs amortis n’étaient qu’un effet de notre propre style. En te racontant je rigole encore.Après la présentation , nous avons eu droit au début du film en français sous titré français ; Rebelote, j’aime passer deux fois le générique…. Et celui de « loin du paradis » est dans son genre aussi alléchant que celui de Mahattan. Que du bonheur…partagé. Vraiment on s’est bien marrés….Bon nous avons un public de bonne composition. Le son était excellent, les problèmes étant réglés, ce fut un bonheur de revoir ce magnifique film. Les déboires du début ont vite été oubliés.

Super soirée sans boules de gommes.

mardi, juin 27, 2006


Sur le parking de l'usine. Posted by Picasa



Bain de soleilpour makrouts sortant du four. Posted by Picasa

Et les voilà en rangs d'oignons, en route pour le crapahutage ! Posted by Picasa

Estampillé, le makrout émerge de sa gangue. Posted by Picasa

Le boudin se cache... Posted by Picasa

Le bateau de pâte attend sa cargaison. Posted by Picasa

Des mains de fée à l'oeuvre Posted by Picasa

Après avoir chauffé, lâché sa vapeur presque sèche, la semoule moyenne s'est répandue dans le grand plat de terre, chapeautée par le "smen", le "ghee"indien, le beurre rance :elle attend l'eau saffranée, le sel, et les mains expertes. Posted by Picasa

Ils ont roulé, les boudins de pâte de dattes, avant d'en arriver là... et ils vont rouler encore , plus fin, plus fin, pour aller se nicher au coeur de la pâte de semoule ! Posted by Picasa


Malaxage, avec des écorces d'oranges
confites pour agrémenter le tout Posted by Picasa

Papilles en voyage

Sur un plat en tronc de palmier, le pain de dattes bien de là-bas attend ses compagnons de route : cannelle, clou de girofle et miel. Posted by Picasa

vendredi, juin 16, 2006

Notre Seine, avec ses petits bateaux, ses petits poissons ... grâce à tous ces émissaires et aux usines d'épuration.... www.siaap.fr Posted by Picasa

l'Art à l'Usine Posted by Picasa

Au bout de quelques opérations ( dégrillage, déssablage, dégraissage, décantation, traitement biologique), l'eau est déjà claire ! Posted by Picasa

Le racleur de surface en action : évacuation des graisses. Posted by Picasa

Magnifique bâtiment qui veille sur le Pont Neuf. Je l'ai vu se détériorer, et puis j'ai été ravie de le voir rénové. Mais je ne savais pas qu'un jour j'y mettrais les pieds...















Mélange des genres... Qu'on aime ou pas, la clarté est là ! Posted by Picasa

Eaux usées

Fin d'année scolaire... les heures donnent parfois l'impression de se traîner, mais le mois de juin passe en un éclair. A peine pointe-t-il son nez qu'on en voit déjà la queue. Certains s'en réjouissent... moi aussi, sans doute. Mais j'aimerais le faire durer, profiter des sensations qu'il procure : on boucle une année, on en prépare une autre. Certains élèves ne prendront plus le chemin de ma classe : ils "passent"... Ils franchissent un gap...

Avec les 5èmes, nous sommes allés au SIAAP (Syndicat Interdépartemental pour l'Assainissement de l'Agglomération Parisienne) ... C'était sympathique, symboliquement, de faire une telle "sortie" en fin d'année : les eaux usées finiront par ressortir claires et retourneront à la rivière...

dimanche, juin 04, 2006

Et voilà Chiffon, notre coureur de fond... Posted by Picasa


Les tortues ont commencé à venir se dorer la pilule au soleil, mais je n'ai pas eu la patience d'attendre qu'elles viennent me rendre visite.
Quelques chiens s'ébattent dans l'eau fraîche... toujours pour rapporter le bâton lancé par leur maître : ils ne plongent pas de leur plein gré. On peut se demander pourquoi.
Vu par contre un bipède mâle tout mouillé se diriger vers ses vêtements. Les femelles ne pratiquent pas le rafraîchissement après la course.... dommage ! Posted by Picasa

Ils étaient nombreux, les colverts, aujourd'hui, et bruyants. Comme il a fait froid longtemps, il se peut que les petits soient encore à l'abri.... Posted by Picasa